Contrairement aux idées reçues, l'Eglise ne reçoit aucune aide, ni de l'Etat, ni du Vatican pour faire face à ses dépenses.

C'est la raison pour laquelle la collecte du Denier est vitale.

Le denier en question

Le diocèse de Périgueux et Sarlat a besoin d'argent pour assurer au quotidien sa mission au sein de nos paroisses :

  • Assurer aux prêtres une rémunération décente, une couverture sociale et une retraite. Fin 2012, le diocèse de Périgueux et Sarlat comptait 94 prêtres en activité ou retraités,
  • Rémunérer les salariés laïcs rattachés à l’évêché au service du diocèse (18 personnes),
  • Mettre en actes l'entraide par des actions concrètes de solidarité.

Ni l’Etat, ni le Vatican ne versent d’argent aux diocèses de France ; au contraire, ce sont les diocèses qui versent une contribution au Saint-Siège à travers une quête dominicale dite impérée que l’on appelle le Denier de Saint Pierre.

Le Denier de l’Eglise n’est pas un don comme les autres. Il ne fait pas appel directement à la générosité, mais à un sentiment d’appartenance ou de fidélité envers l’Eglise, pour que ceux qui sont en charge de l’annonce de l’Evangile et de faire vivre l’Eglise aient droit à une juste rémunération.

Combien donner ?

Le Denier est un don volontaire, il n’y a pas de tarif, chacun donnant en conscience selon ses possibilités mais il est coutume de donner 1 à 2% de son revenu annuel.

 

Chaque don ouvre droit à une déduction fiscale égale à 66% dans la limite de 20% du revenu imposable.